Niponika Bulogula

Niponika Bulogula

Kotobalades avec Béni-le-rouge, un petit vélo qui parle avec les êtres inanimés / よろずのものものとblabla(おしゃべり)できる紅色でbéni(祝福された)な自転車ベニとのぶらぶら旅

08 Aug 2022

Le bourreau-barbier, les hirondelles folles, la guerre des cigales contre les acouphènes, et le coureur moutardais qui cherchait son ventre partout

Hier matin, je suis retourné voir l’intrigant condamné à mort assis sur le chaise du bourreau-barbier, à Noda, le long du fleuve Edo. Il se trouve de l’autre côté d’une route qui n’est pas très agréable à traverser parce qu’il faut faire un détour depuis la piste cyclable, alors je suis resté sur la piste mais ai utilisé un véritable appareil photo, un Lumix dont le modeste zoom 3x a quand même fait l’affaire.

Derrière sa tête, une affiche en bleu, jaune et vert nous apprend que ce commerce est protégé par une caméra de surveillance (防犯カメラ設置店).

Quel genre de commerce ? Dans ma pauvre mémoire il s’agissait d’un garage, sans doute à cause des deux « YAMAHA », mais non, c’est à côté, un peu plus loin, qu’il y a un garage. Notre condamné à mort se trouve devant l’entrée de la boutique d’un brocanteur, avec une grande cour en partie cachée à la vue des passants.

Bon, c’est un peu (pas mal) lugubre comme brocanteur, mais peut-être que ça fait rigoler la clientèle, qui sait…


Dans le billet d’hier, j’ai complètement oublié de mentionner l’étrange et frénétique vol d’hirondelles auquel j’ai assisté en bordure d’une rizière. Elles n’annonçaient pourtant pas la pluie, car malgré les nuages, menace de pluie il n’y avait pas. Certaines (hirondelles) passaient tout près de nous (Béni et moi), sous le chant des cigales, qui recouvre la mélodie monotone de mes acouphènes tous les ans en août. Sur la vidéo, on aperçoit aussi une espèce de bande lumineuse multicolore tendue au-dessus de la rizière. Il y en avait plusieurs dans ce coin, et uniquement dans ce coin, pour effrayer les oiseaux ravageurs.

Comme toujours, la présence d’un paysan vulgarisateur pour banlieusards et vélos ignorants faisait défaut, et nous sommes donc restés dans l’ignorance la plus crasse de cet étourdissant comportement.

Plus loin, le long de la rivière Kokaigawa, nous n’entendions les cigales que de loin. Ces temps-ci, à la maison, donc à une assez bonne distance des cigales du parc le plus près, j’ai parfois du mal à faire la distinction entre les cigales et mes acouphènes. C’est le rythme trop régulier et le son ininterrompu des acouphènes qui permet finalement de les distinguer. Par contre, il y a certaines cigales que je n’entends pas du tout, même quand elles sont dans notre petit jardin (ou parfois, à la télé, les sous-titres disent qu’on entend les cigales mais je ne les entends pas). Ça doit être une longueur d’ondes que je ne capte plus, conséquence désagréable (mais pas toujours) du vieillissement.



Courrier du cœur du pot de moutarde

Un fidèle lecteur de Dijon, qui pratique la course à pied, me demande par courriel si mon « ventre » s’est stabilisé depuis que je pédale régulièrement. Comme le sujet m’intéresse et qu’il est lié à la thématique de ce blog, je vais répondre ici, mais sur une note plus personnelle que scientifique, plus subjective qu’objective et plus légère que la foulée d’un coureur au ventre plat, n’étant qualifié que dans la sphère du très subjectif et du très léger.

Mon lecteur moutardais, que je soupçonne d’en savoir beaucoup plus qu’il n’en dit, explique et s’étonne dans sa missive électronique que, pendant les périodes où il court régulièrement, son corps — et en particulier son ventre — lui permet de faire des excès sans trop en subir les conséquences (sans prendre de volume). Et il me demande si j’ai également noté ce genre de bénéfices sur mon propre corps.

Dans mon cas, c’est un peu difficile, parce qu’aussi loin que remontent ma mémoire et les photos de famille, j’ai toujours été mince. Par contre, je me souviens qu’au tournant de la quarantaine — j’aurai 60 ans l’an prochain —, j’avais pris cinq ou six kilos et ma belle-mère me tapotait parfois la bedaine en souriant.

Avec la pratique du vélo, combinée à celle du jeûne intermittent, j’ai perdu ces kilos par la suite et gagné un peu de masse musculaire dans les jambes, en plus de dire adieu aux douleurs aux genoux provoquées par mes anciennes amours : le volleyball et les randonnées en montagne.

Vingt ans plus tard, pour répondre enfin à la question, je constate effectivement que mon corps réagit mieux aux abus de table quand je fais de l’activité physique régulièrement. Qu’il ne prenne pas facilement de poids ne me surprend pas, parce que le vélo, en ajoutant de la masse musculaire aux jambes, fait monter le métabolisme de base, et c’est là, bien plus que pendant les périodes d’exercice elles-mêmes, que tout se joue. Il est facile de récupérer en quelques bouchées sucrées ou quelques gorgées alcoolisées toutes les calories brûlées pendant le jogging ou le vélo, mais avec le métabolisme de base, c’est une tout autre histoire : il brûle des calories 24 heures sur 24, que l’on bouge ou pas.

Par contre, on s’en doute, l’exercice ne peut rien contre la courbure de la panse provoquée par certains aliments. Personnellement, la bière me fait un effet de levure, tout comme certains aliments, dont je n’ai jamais dressé la liste. Ventre plat n’est pas synonyme de santé, et quand le miroir ne me regarde pas, j’ai tendance à me foutre pas mal de la courbure péri-ombilicale, d’autant plus qu’ayant autrefois fait mes études en anthropologie, j’ai vu des centaines et des centaines de photos de chasseurs-cueilleurs qui, en dépit d’un bilan de santé parfait délivré et garanti par le shaman du clan, ajoutaient sous la courbure de la colonne vertébrale celle, tout aussi naturelle, d’un ventre qui a d’autres fonctions à remplir que celle de paraître inexistant.

Je termine en disant que pour bien apprécier son corps et celui de sa voisine, il faut lire L’histoire du corps humain de Daniel E. Lieberman. Ne serait-ce que pour mieux comprendre et mieux éviter les pièges des maladies liées au mode de vie, même si cet ouvrage de vulgarisation anthropologique et d’inspiration darwinienne va bien au-delà de nos petits soucis — esthétiques chez les uns, plus ou moins hypocondriaques chez les autres —, généreusement alimentés par la télé grand public de cette ère sédentaire.



Vous pouvez laisser un commentaire anonyme (ou pas) en cliquant sur « Post » (pas besoin de se connecter avec « Log in »).

Tags